RETOUR SUR L'ARTICLE DE LA CROIX

Publié le par Le collectif

Suite à la parution le jeudi 2 novembre dans le journal La Croix, intitulé Reims, un diocèse passionné de liturgie, il nous est nécessaire d’apporter quelques précisions.

 

  1. Commençons par les affirmations de Monseigneur JORDAN qui nous surprennent et nous attristent profondément. En effet, l’archevêque de Reims dit que seules 2 ou 3 familles demandent la Messe dite de saint Pie V. Il poursuit en reconnaissant avoir reçu un abondant courrier mais que seule une dizaine de lettres étaient motivées dont la moitié du diocèse.

 

Nous ne pouvons laisser dire sans réagir. En effet, fin 2003, début 2004, 70 familles DU DIOCESE DE REIMS ont écrit à Monseigneur JORDAN pour le supplier d’appliquer largement le motu proprio Ecclesia Dei à Reims. Bien sûr, nous nous posons la question de savoir ce que Monseigneur JORDAN appelle une « lettre motivée ». Les fidèles de Reims devraient-ils être des théologiens ? Non, ce sont des laïcs catholiques comme tout le monde qui sont tout simplement attachés à un rite autorisé et reconnu par l’Eglise catholique. Que devraient-ils écrire de plus à leur archevêque pour que celui-ci mette fin à leurs souffrances ?

 

Le 5 octobre 2005, Monseigneur JORDAN a béni une partie des pèlerins du chapitre saint Remi de Notre Dame de chrétienté, une trentaine d’adultes, participant à une marche vers Notre Dame de l’Epine. Le chapitre saint Remi regroupe des fidèles attachés aux livres liturgiques de 1962 !

 

Régulièrement, Monseigneur JORDAN rencontre des personnes qui lui demandent directement de pouvoir vivre leur foi selon le rite dit traditionnel. Ce fut le cas à l’aumônerie des grandes écoles de Reims, dans les rues de Reims, et dans bien d’autres circonstances….

 

Depuis début octobre 2006, 74 personnes ont signé, à ce jour, la supplique lancée par le collectif pour la paix liturgique à Reims. Ces personnes représentent 165 fidèles. Nous ne comptons pas dans ce calcul tous les messages de soutien d’habitants du diocèse qui nous parviennent. Certains nous demandent en effet, la discrétion sur leur identité.

 

Quoiqu’il en soit, le diocèse de Reims, serait-il le seul diocèse français à ne pas avoir de fidèles attachés au rite tridentin ? Nous ne pouvons que croire en une grosse plaisanterie !

 

  1. Monseigneur JORDAN dit à Monsieur Nicolas SENEZE de La Croix qu’il a reçu des courriers demandant à ce que l’on ne change rien ! Mais, n’aurait-il pas pu répondre aux auteurs de ces lettres qu’ils se trompent ? Nous ne voulons rien imposer à personne, nous connaissons le poids de l’exclusion et ne la souhaitons à quiconque. Nous demandons simplement le libre choix pour les fidèles d’assister au rite auquel il sont les plus attachés !

 

 

  1. Monseigneur JORDAN affirme qu’il est possible d’assister à la Messe chaque dimanche matin à la cathédrale, en latin et en grégorien. Au-delà du fait que notre attachement au rite de 1962 n’est pas dû à plus ou moins de latin, nous rappelons que cette Messe comporte effectivement quelque pièces chantées en latin, mais qu’il est totalement abusif de dire qu’il s’agit d’une Messe en latin et en grégorien. Ceux de nos lecteurs qui y assistent peuvent aisément confirmer.

 

 

  1. Nous revenons aussi sur l’affirmation du Père Di Lizia, curé de la paroisse saint André de Reims : Les traditionalistes sont venus une fois dans ma paroisse, mais ils n’ont pas eu de succès et je ne les ai pas revus.

 

Précisons tout d’abord que le jour où nos équipes ont rencontré les paroissiens de saint André, le père Di Lizia était absent ! D’autre part, l’accueil y fut très chaleureux, en dépit d’une température glaciale (26 février 2006). Enfin, 5 signatures de la supplique proviennent de personnes assistant très régulièrement à la Messe dite par le père Di Lizia. Ce dernier ne nous a donc jamais vu et a été le seul, à notre connaissance, à mettre en garde pendant la Messe les fidèles contre les « traditionalistes ». Nous ne pouvons donc que regretter qu’il soit le seul prêtre à avoir été interrogé par La Croix sur le sujet.

 

Quelle tristesse donc, de constater que certains semblent vouloir poursuivre la dramatique querelle liturgique qui secoue le diocèse de Reims en pratiquant l’exclusion de centaines de fidèles. Vous retrouverez ce texte et tous les documents sur la situation sur notre site : http://www.paixliturgiquereims.org/

 

RETOUR A L'ACCUEIL

 

 

Publié dans DOCUMENTS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

O.D. 03/11/2006 14:10


Il y a quelque chose qui me frappe dans tout cela. Dans la plupart des sermons auxquels nous assistons le dimanche il est question de je cite : tolérance, amour du prochain, ouverture sur les autres, accueil en tous genres. On accueille les protestants sans aucun problème mais certains catholiques qui préfèrent prier le Seigneur à leur façon qui est très belle, on refuse.....il y a des églises vides qui seront un jour transformées en mosquées avec l'approbation de certains de nos évêques qui préfèrent sans doute cela. Le Carmel de Lisieux va être transformé nous dit on, on y accèdera d'une autre façon car aux messes il n'y a jamais plus de 2O personnes. Ce qui est totalement faux, la chapelle du Carmel était pratiquement pleine tous les jours. On va faire des dépenses inouies pour quoi .....? On est plus à un mensonge près....Le malin doit s'en réjouir..actuellement il se croit le roi ....mais il va déchanter bientôt je le ressent très fort. Moi qui n'aime pas trop prier en latin je chanterai bien quand même avec vous


" Que votre règne arrive" Il est grand temps que notre Seigneur se manifeste.et remette les pendules à l'heure..... Bon courage et toutes mes amitiées. A l'adoration ce soir je penserai à vous ....