Partageons certains courriers reçus

Publié le par Le collectif

Parmi le nombreux courrier que nous recevons, souvent émouvant, nous ne résistons pas à partager avec vous la lettre reçue ce jour. Comme vous allez le constater, les auteurs de ce courrier ne sont pas d’accord avec nous. Il s’agit de la première lettre de ce type reçue depuis le lancement de la supplique à Monseigneur JORDAN.

 

Entre chaque paragraphe, nous vous donnons notre commentaire.

 

Aux auteurs du collectif pour la paix liturgique

 

Réunis entre catholiques fidèles du Concile Vatican II, nous avons lu votre « lettre ouverte aux fidèles du diocèse de Reims » et nous respectons vos opinions, mais nous sommes étonnés de la faiblesse de vos arguments de la page 7 :

 

Cette introduction mérite déjà nos remerciements. Ainsi, ce groupe de catholiques ne trouve à redire qu’à la page 7 sur les 8 que compte notre lettre. Cela nous fait plaisir. D’autre part, l’ensemble de ce qui suit ne traite que de 7 lignes de ladite page. Encore un tout petit effort et nous serons d’accord sur tout.

D’autre part, où avez-vous lu que nous ne sommes pas fidèles à un concile…Nous sommes fidèles à TOUS les conciles dont Vatican II, comme l’a demandé le Pape Benoît XVI le 22 décembre 2005.

 

Enfin, vous respectez nos opinions ? Battez vous donc pour que notre archevêque, Monseigneur JORDAN les respecte aussi. C’est ainsi que vous travaillerez à la réelle ouverture.

 

Orientation du prêtre. Depuis plusieurs siècles, le Pape, dans Saint Pierre de Rome, célèbre face au peuple.

 

C’est exact, de manière à être face à l’Orient. Nous sommes surpris que cet « accident » architectural, ce cas particulier, justifie la règle commune non demandée par Vatican II.

 

N’y a-t-il pas des gestes d’adoration dans le rite de 1962 ?

 

Si bien sûr. Nous sommes bien d’accord.

 

Même dans le rite de saint Pie V, nous avons toujours entendu le prêtre dire à voix haute les paroles de la consécration. Ne le ferait-il pas chez vous ?

 

Cette remarque nous fait tout de suite comprendre que nos amis ne sont pas de la plus jeune génération…. Il est d’ailleurs à remarquer que l’immense majorité de ceux qui refusent d’accueillir les fidèles comme nous, sont des personnes d’un âge respectable….

Pour en venir au fond de la question, nous ne pouvons que répondre que le rite de saint Pie V demande le silence pendant certaines parties de la Messe dont le Canon. Ainsi, nous osons penser que la mémoire des auteurs de ce courrier est défaillante. Il est vrai que depuis presque 40 ans, la Messe dans le rite dont nous parlons est interdite à Reims.

 

Le rite de la communion. Beaucoup de fidèles communient sur la langue. La liberté est totale.

 

Nous nous permettons simplement de rappeler que dans le rite de saint Pie V, la communion se fait à genoux et sur la langue. Nous n’avons pas constaté cette manière de faire à Reims.

 

L’usage d’une langue sacrée ! En quoi le latin est-il une langue sacrée ? Tant qu’à faire, il aurait fallu en rester au grec qui pourrait être dit langue sacrée, car il est la langue des Evangiles et a été longtemps la langue de la messe.

La notion de langue sacrée est totalement étrangère à la tradition chrétienne, et propre à l’Islam.

 

Ce passage est très étonnant de la part de « fidèles du Concile Vatican II ». Avant de se dire fidèle d’un concile, il faudrait commencer par le lire ! Par égard aux auteurs anonymes de ce courrier, nous ne préciserons pas dans quelle constitution de Vatican II, il est rappelé avec force que le latin, langue de l’Eglise, doit être maintenu dans la Messe….

 

Les signes de respect envers l’hostie. Où avez-vous été voir qu’il n’y a plus de signes de respect envers l’hostie ?

 

D’abord, nous n’écrivons nulle part qu’il n’y a plus de signes de respect envers l’Hostie, mais que ces signes existent dans le rite de saint Pie V. Ils y sont nombreux et effectivement nous regrettons qu’un nombre certain de gestes du prêtre ne se retrouvent pas dans le nouveau rite.

 

Nous ne vous donnons pas notre adresse, car nous ne voulons pas être inondés de votre littérature, mais nous prions avec vous et pour vous.

 

Bien sûr, nous regrettons de ne pas connaître les personnes qui prennent la peine de nous écrire. Mais, nous ne pouvons que répondre favorablement à votre dernière proposition. Nous prierons donc avec et pour vous.

 

 

RETOUR A L’ACCUEIL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FC 09/11/2006 17:12

Bonjour,
Les auteurs de ce courrier et des autres vous autorisent-ils à diffuser leurs lettres ?

Le collectif 09/11/2006 18:00

Cher FC,Votre commentaire nous surprend!Une lettre anonyme ne devrait recevoir que du mépris! Nous avons pensé que malgré le manque de politesse des auteurs de ce courrier, nous pouvions tenir compte de leurs pensées.Cette lettre anonyme est depuis sa réception notre propriété, nous pouvons la publier si bon nous semble.Il est vrai qu'elle est une image claire du manque d'arguments de ceux qui veullent maintenir l'exclusion au sein de l'Eglise.UDP