La paix liturgique à la rencontre des paroissiens du Père DI LIZIA (saint André)

Publié le par Le collectif

Le père DI LIZIA déclarait dans LA CROIX du 2 novembre que « les traditionalistes sont venus une fois, ils n’ont pas reçu un bon accueil et ils ne sont pas revenus »….

Nous nous devions de revenir rapidement parce que les fidèles de la paroisse saint André  nous paraissaient très favorables à notre demande.

 

Aujourd’hui, dimanche 12 novembre, nous étions donc 11 à nous présenter aux paroissiens à la sortie de la Messe de 10 heures 30. Ce fut une rencontre d’une très grande richesse et surtout d’un énorme réconfort.

En effet, l’accueil fut exceptionnel. Promesses de signatures de la supplique adressée à Monseigneur JORDAN, demande de « lettres ouvertes » supplémentaires pour les partager avec des amis…voilà l’ambiance de cette fin de matinée.

 

Nous vous proposons comme d’habitude quelques témoignages :

 

Une dame qui a un peu prés la quarantaine : "Mais, alors vous êtes pour ou contre la Messe de Saint Pie V ?"

 

Nous " Nous sommes pour madame, mais sans être contre celle dite de Paul VI, bien évidement"

 

La Dame "Oui, je comprends et je suis de tout coeur avec vous"

 

Nous "Merci, Madame"

 

La Dame "Oui il y a quelques années, j'ai perdu mon Père qui aimait la messe de Saint Pie V, et pour son enterrement, il nous a été très très dur de trouver un prêtre et d'avoir les autorisations pour enterrer mon Père comme il le souhaitait"

 

Nous "Oui, nous comprenons Madame, c'est aussi pour cela que nous nous battons"

 

La Dame "Et bien comme je l'ai fait pour l'enterrement de Papa, je vais de nouveau écrire à l'Evêque pour qu'il autorise cette Messe, je trouve ça plus que normal"

 

nous "Merci et bon Dimanche"

 

 

Un Monsieur de 40/45 ans

 

Lui : "C'est bien ce que vous faites, je suis avec vous"

 

nous " Merci beaucoup"

 

Lui "Oui ce n'est pas normal, malgré tout ce qui se dit dans le diocèse, vous devriez avoir le droit de vivre votre foi comme l'Eglise vous l'autorise"

 

Nous "oui, c'est ce que nous aimerions"

 

lui "Mais, vous n'avez pas déjà une paroisse dans Reims"

 

Nous "Non, où vous voulez peut-être parler de la Fraternité Saint Pie X ?"

 

Lui: "Oui, ah je ne savais pas qu'il s’agissait de cette fraternité, vous, vous êtes donc fidèles au Pape, c'est cela ?"

 

Nous "Oui, nous sommes Catholiques Romains"

 

Lui "Très bien, je vais continuer à prier pour vous ! et je vous encourage !"

 

Nous "Merci et bon dimanche"

 

 

Un Prêtre qui sort de l'église (prêtre du chemin neuf, nouveau à Reims)

 

Nous " Bonjour Monsieur l'Abbé" (nous lui donnons un tract, il fait quelques pas et revient)

 

lui " je peux vous le redonner, ça ne m'intéresse pas"

 

Nous "pourquoi donc ?"

 

(il repart) "Bon dimanche Monsieur l'Abbé."

 

Un père famille, avec son enfant scout :

 

Lui : c’est pourquoi ?

 

Nous : pour la libéralisation du rite de saint Pie V à Reims

 

Lui : C’est très bien. Qu’est-ce que je peux faire ?

 

Nous : Voilà la supplique pour Monseigneur JORDAN. Vous pouvez la signer et nous la renvoyer.

 

Lui : je me connais, je vais oublier. Je la signe tout de suite comme ça ce sera fait.

 

Nous : Merci Monsieur. Bon dimanche

 

Lui : Au revoir et bon courage.

 

 

Un homme d’une bonne quarantaine d’années

 

Lui : On m’a déjà donné votre papier. C’est formidable ce que vous faites. Je veux vous aider.

 

Nous : Vous êtes Monsieur ?...

 

Lui : Je suis ……. Voilà mon adresse. Appelez moi et je viendrai avec vous. C’est trop bien ce que vous faites !

 

Nous : Avez-vous signé la supplique ?

 

Lui : Elle est signée mais pas encore envoyée. Dés cet après midi je le fais.

 

Nous : merci Monsieur et à bientôt !

 

Lui : A très bientôt.

 

 

Un homme d’environ 35 ans :

 

Lui : Vous êtes binaires. Ce sont les autres qui ont tort.

 

Nous : Mais nous ne donnons de tort à personne ! Nous demandons simplement l’accueil de toutes les sensibilités dans le diocèse !

 

Lui : Mais c’est vous qui avez raison et les autres torts…et il part.

 

Nous n’avons toujours pas compris.

 

Un couple d’une trentaine d’années avec 3 enfants.

 

Lui : je n’aime pas le latin mais ce n’est pas normal que vous n’ayez pas le droit à votre Messe.

 

Nous : Merci Monsieur. C’est exactement ce que nous demandons.

 

Lui : Moi j’aime bien la Messe de ce matin. Je comprends que vous préféreriez autre chose. J’ai droit à ce que j’aime, vous devriez avoir le même droit. Bon courage.

 

Nous : Merci, au revoir.

 

Comme vous pouvez le constater, nous avons beaucoup aimé cette rencontre avec les fidèles de st André. L’amabilité des paroissiens à notre encontre, le soutien et la promesse de prières pour nous, nous ont réchauffés (le froid est rarement tardif à Reims).

Nous regrettons simplement de ne pas avoir pu discuter avec le Père DI LIZIA, curé de la paroisse, qui n’est pas sorti. Nous souhaitions lui parler de certaines accusations graves qu’il avait portées contre les prêtres en soutane. Certains mots loin de toute charité avaient du lui échapper pendant son sermon et nous aurions aimé l’entendre revenir sur son discours. Dommage.

 

 

RETOUR A L’ACCUEIL

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc 13/11/2006 22:38

Le Père DI LIZIA publie le message suivant sur le site de la paroisse saint André http://paroisse-saint-andre-reims.ifrance.com/Suite à la célébration du 12 novembre 2006 à Saint André, le Père Di Lizia, conscient de l'écart de langage dans son homélie, demande pardon à tous ceux qui ont pu être blessés. Il rappelle que sa paroisse, en accord avec Monseigneur l'archevêque a déjà accueilli à deux reprises des groupes de jeunes pour la messe de Saint Pie V et un mariage y sera célébré prochainement selon le même rite. Que le Seigneur bâtisse son Eglise dans l'unité et le pardon. Père Vincent Di Lizia

F.D. 13/11/2006 08:43

100% d'accord avec vous!...
Au fait, nous n'avons toujours pas signé la supplique. Sachez que nous le ferons.