LA PAIX LITURGIQUE EN ITALIE

Publié le par Le collectif

Nous vous proposons ci-après la traduction du texte du site du diocèse de Gènes en Italie (http://www.diocesi.genova.it/documenti.php?idd=1605&PHPSESSID=91393228b692a9e6160f77ad21b708f8 ) au sujet de la libéralisation du rite dit de saint Pie V dont on parle tant actuellement.

Comme vous pourrez le constater, il apparaît clairement qu’une libéralisation ne serait même pas nécessaire puisque les textes déjà existants de nos papes suffisent à légitimer la célébration de la Messe selon le rite de 1962 pour tous ceux qui veulent rester en communion avec l’Eglise.

La seule question qui nous vient à l’esprit est de nous demander pourquoi Monseigneur JORDAN n’applique pas encore ces textes. Cette application mettra si simplement fin à l’exclusion entretenue dans le diocèse de Reims.

 

Nous tenons à remercier un liseur du FORUM CATHOLIQUE pour le travail de traduction que nous vous livrons :

 

 

Précisions à propos de la promulgation d'un éventuel Motu proprio destiné à faciliter l'application de l'Indult sur l'usage du missel dit de Saint Pie V.
Vu que dans l'archidiocèse ont circulé dernièrement des commentaires, certains erronés, à propos d'une éventuelle promulgation d'un motu proprio destiné à faciliter l'application de l'indult sur l'usage du missel dit de Saint Pie V, il convient, d'un point de vue pastoral, de préciser ce qui suit:

1. Le pape, en vertu de son autorité suprême, a le pouvoir propre de poser des actes juridiques et pastoraux universellement valides et qui obligent (vincolanti=qui crée un lien, ici vu l'obéissance due au saint père)

2. La célébration légitime et fructueuse de la Messe demande la pleine communion ecclésiale, dont- en dernier recours- est garant le souverain pontife qui a reçu personnellement du Seigneur la mission de confirmer ses frères dans la foi; donc c'est bien l'évêque de Rome qui préside, avec miséricorde et joie, la charité universelle, en cherchant toujours l'unité de tous ceux qui croient au Christ;

3.   Le concile Vatican II n'a pas aboli ou demandé d'abolir la messe de Saint Pie V, mais a demandé une réforme d’ordonnancement comme il apparaît clairement à la lecture de la Constitution sur la liturgie; chapitre III, 50-58 (cfr. EV 1/86-106); 

4.  L'élargissement de l'indult regardant la messe de Saint Pie V ne constitue en aucun cas un remise en cause du Concile oecuménique VII, ou du magistère des papes Jean XXIII et Paul VI .

5.  Paul VI lui-même- qui promulgua en 1970 le missel romain selon les indications du Concile VII- concéda personnellement à Padre Pio l'indult pour continuer à célébrer même publiquement la Sainte Messe selon le rite de Saint Pie V, alors que depuis 1965 était en cours la réforme liturgique;

6.  Déjà le pape Jean-Paul II avait offert, le 3 octobre 1984, dans la lettre "Quattuor abhinc annos"- de la congrégation pour le Culte divin- la possibilité aux évêques diocésains d'un indult, c'est à dire d’autoriser de célébrer la sainte messe en usant du missel romain de 1962, promulgué par Jean XXIII. De plus le même pape avec le motu proprio "Ecclesia Dei adflicta" établissait, entre autre, usant de son pouvoir apostolique: "... Partout devra être respecté l'âme de ceux qui se sentent liés à la tradition liturgique latine par une ample et généreuse application des directives, déjà données par le Siège Apostolique, pour l'usage du Missel Romain de 1962 »  .

7.  Dans l'Eglise sont en vigueur depuis le IVème siècle, différentes liturgies ou rites, qui tous en correspondant à des traditions et sensibilités différentes, expriment la même foi catholique; Une telle variété est un signe tangible de la vitalité de l'Eglise Catholique;

8. Le concile de Trente ne voulut pas unifier par un acte d'autorité les rites alors existants dans l'Eglise latine; En fait sur la base des principes établis par S.Pie V- qui à la demande du Concile appliquait la réforme- les églises et les ordres religieux qui depuis au moins deux siècles avaient leurs propres rites purent les conserver. De fait, au cours du temps, le rite romain s'affirmait mais jamais de façon exclusive; est exemplaire le cas du rite ambrosien répandu dans quelques vallées du Tessin (appelées vallées ambrosiennes), dans tout l'archidiocèse de Milan mais ici aussi avec des exceptions: Monza, Trezzo, Treviglio;

9. Deux expressions valides de la même foi catholique- De S. Pie V et de Paul VI- ne peuvent être présentées comme " exprimant des visions opposées" et donc inconciliable entre elles;

10. Dans le domaine liturgique, les décisions et l'action des papes- particulièrement Jean XXIII, Paul VI, Jean Paul II et Benoît XVI- et des conciles- Trente e VII- ne peuvent être présentées de manière conflictuelle et encore moins alternatives l'une à l'autre.

 

Est-il nécessaire de rajouter un commentaire? De notre part, non.

 

RETOUR A L’ACCUEIL

Publié dans DOCUMENTS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article