La paix liturgique est possible: l'exemple de NAMUR

Publié le par Le collectif

C'est avec émotion que nous avons reçu un message du Père Jean-Marie Huet, official de Namur (Belgique). Il nous parle en effet de la réalité de la paix liturgique, telle qu'elle existe vraiment dans le diocèse de Namur. Ce témoignage, emprunt de charité, prend davantage de poids quand on sait que le Père HUET est attaché au rite dit de Paul VI. Il prône l'harmonie et la paix.
Nous vous proposons donc ce message que nous publions, bien entendu, avec l'accord de son auteur (les passages en gras ont été soulignés par nous):

Bonjour !

Je voudrais vous partager une expérience de célébration de la messe de St Pie V, donc en latin, qui se passe de façon harmonieuse et paisible, en Belgique : diocèse de Namur (dont l'évêque est Mgr Léonard).
Depuis quelques années, nous avons accueilli la Fraternité St-Pierre dans le diocèse de Namur. Pour donner à cette Fraternité un statut canonique et un lieu d'insertion, nous avons érigé une chapellenie canonique. Les confrères de la Fraternité St-Pierre célèbrent la messe du vendredi au dimanche dans une chapelle située sur les hauteurs de la citadelle de Namur (un oeuvre de Vauban !). J'ai proposé de les accueillir pour une messe en latin, précédée d'une demi-heure d'adoration, du lundi au jeudi à 12h00, dans la cathédrale dont je suis archiprêtre. Tout se passe sans problème, avec une dizaine de personnes chaque jour pour l'office de midi à la cathédrale. Je n'ai reçu aucune réaction négative et personne n'a le sentiment d'une "division" de la communauté chrétienne. Bien au contraire, chacun doit pouvoir prier Dieu et intercéder pour le monde selon le rite qui lui convient. Je ne suis pas un traditionaliste. J'avais 15 ans en 1965. Comme tous les fidèles (auxquels on n'a pas demandé leur avis !), après avoir servi la messe de St Pie V depuis mon enfance, j'ai accepté la réforme liturgique. Je suis heureux comme prêtre célébrant la messe en français face au peuple. Mais je comprends parfaitement que des chrétiens désirent prier et célébrer selon l'ancien rite (qui fut tout de même en vigueur dans l'Église romaine pendant des siècles). Et puis ce rite, mon saint patron (St Jean-Marie Vianney) l'a célébré durant toute sa vie de prêtre, et avec quelle efficacité pastorale !
Quand je célèbre la messe à Ars, devant sa châsse, je suis heureux de le rejoindre aussi intimement dans l'eucharistie.
Puisse la paix liturgique s'installer durablement partout : nous avons des combats plus urgents à mener dans le domaine de l'évangélisation et de la libération du monde.

Père Jean-Marie Huet, official de Namur

Merci Mon Père, pour ce témoignage si rempli de charité!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laurent 07/12/2006 07:58

une bonne histoire belge qui remet les choses dans leurs degrés d'importance. "L'union fait la force" est la devise de la belgique... Il est temps de s'en inspirer !

Dugas 07/12/2006 02:01

«...nous avons des combats plus urgents à mener dans le domaine de l'évangélisation et de la libération du monde.»
Firnira-t-on pr le comprendre? Il nous faut évangéliser et arrêter de se tirailler sur des rites ou rituels.