La lettre de février

Publié le par Le collectif

Comme vous l’avez remarqué, nous avons fait une pause depuis quelques semaines dans nos activités. Il s’agissait surtout de permettre à Monseigneur JORDAN, suite à notre rencontre du mois de décembre, de revenir sur sa décision de maintenir l’exclusion de trop de catholiques de Reims, en d’autres termes d’accueillir enfin tout le troupeau qui lui est confié !

 

Il s’agit également de faire le point après une année de rencontre des fidèles de Reims à la sortie des Messes dominicales dans les différentes paroisses. Nous avons en un an distribué plus de 6000 « lettres ouvertes ». Vous l’avez constaté lors de nos différents comptes-rendus. L’accueil fut toujours positif, surtout de la part des jeunes abasourdis bien souvent d’apprendre comment la charité était pratiquée à la tête du diocèse.

Nous devons donner une mention spéciale à la paroisse saint André du Père DI LIZIA dont une bonne dizaine de familles a signé la supplique adressée à notre archevêque.

 

Le second point marquant de cette année écoulée est notre découverte du si grand nombre de catholiques croyant que la Messe dite de saint Pie V était interdite par l’Eglise. Ils savent maintenant que c’est faux ! En France, seuls quelques évêques s’obstinent à contrer la volonté du pape. Monseigneur JORDAN est hélas, l’un d’eux.

 

 

La situation évolue-t’elle pour autant ?

Oui, parce que vous êtes toujours plus nombreux à nous apporter votre soutien. Le scandale de l’exclusion des « catholiques attachés à certaines formes antérieures de la liturgie » est devenu un sujet incontournable dans le diocèse de Reims.

Oui, parce que des prêtres nous ont affirmé être prêts à célébrer la Messe selon le rite traditionnel.

Oui enfin et surtout parce que Monseigneur JORDAN admet dorénavant s’être trompé quand pendant si longtemps, il affirmait que seules deux ou trois familles étaient concernées. Comme l’a écrit Nicolas SENEZE du journal LA CROIX, notre archevêque parle dorénavant de 20 à 30 familles ! 20 à 30 familles, cela signifie qu’il reconnaît déjà que plus d’une centaine de rémois assisteront à la Messe tridentine quand il l’autorisera. C’est déjà davantage que l’assistance à bien des Messes dans les paroisses de Reims.

Monseigneur, faites encore un effort et nous seront bientôt d’accord sur les chiffres !

Mais peu importe ! Aujourd’hui, il est possible, sans sourciller, de rejeter ces familles !

Au nom de quelle charité ? Au nom de quelle morale ?

 

Ce que nous allons faire

D’abord poursuivre ! Nous travaillons à la rédaction de notre « lettre ouverte numéro 2 ».

Il est important que tous sachent pour que tous ceux qui le désirent puissent agir.

Ensuite, inlassablement alerter les autorités de l’Eglise. Vous pouvez nous aider dans cette tache en vous rendant dans la catégorie NOUS AIDER de notre site.

Enfin, nous allons continuer à prier saint Remi pour qu’il inspire son successeur à mettre fin à la situation dramatique dans le diocèse de Reims.

 

Ainsi, nous allons écrire à nouveau aux différents prêtres du diocèse afin de les tenir informés et de leur demander de prier avec nous pour la paix liturgique à Reims.

 

 

Vous pouvez transmette cette lettre à toute personne si vous en mentionnez la source.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article