LE CARDINAL CASTRILLON-HOYOS PRECISE LE MOTU PROPRIO

Publié le par Le collectif

Notre Très Saint Père a publié le 7 juillet le Motu Proprio permettant à tout prêtre de célébrer les sacrements selon la forme extraordinaire du rite romain et à tout catholique de pouvoir bénéficier de cette même forme pour nourrir sa vie chrétienne.
Hélas, nous entendons déjà, et ce malgré cette période de congés, des interprétations restrictives de la volonté du Pape. Certains, dont malheureusement des évêques, cherchent en effet à rendre inopérantes les mesures édictées par la plus haute autorité de l'Eglise.

A Reims même, si Monseigneur JORDAN, Archevêque du diocèse, a donné l'impression d'anticiper la volonté du Pape, il n'en est rien. En effet, une Messe par mois seulement, est-ce l'application du Motu Proprio ou bien une manière de ne concéder qu'une miette?

Le Cardinal CASTRILLON HOYOS répond dans le journal 30 Giorno à toutes ces restrictions inventées.
Vous trouverez l'entretien ICI .
Nous vous proposons quelques extraits significatifs:

Curieusement, il semble même que fleurisse, dans les nouvelles générations, parmi les laïcs comme parmi les clercs, un intérêt et une estime envers l’ancien rite. Et il s’agit de prêtres et de simples fidèles qui n’ont parfois rien à voir avec les disciples de Mgr Lefebvre. Il y a là, des faits, des faits de l’Église, auxquels les pasteurs ne peuvent faire la sourde oreille.
C’est pour cela que Benoît XVI, qui est un grand théologien à la profonde sensibilité liturgique, a décidé de promulguer le motu proprio.
.....
il y avait déjà un indult, mais Jean Paul II avait déjà compris que l’indult n’avait pas été suffisant, ne serait-ce que parce que certains prêtres et certains évêques rechignaient à l’appliquer,
mais surtout parce que les fidèles qui désirent célébrer avec l’ancien rite ne doivent pas être considérés comme des fidèles de deuxième catégorie. Il s’agit de fidèles auxquels doit être reconnu le droit d’assister à une messe qui a nourri le peuple chrétien pendant des siècles, qui a nourri la sensibilité de saints tels que saint Philippe Néri, don Bosco, sainte Thérèse de Lisieux, le bienheureux Jean XXIII et le serviteur de Dieu, Jean Paul II lui-même. Ce dernier, comme je viens de le dire, avait compris le problème de l’indult et il avait donc déjà l’intention d’étendre l’usage du Missel de 1962. Je dois dire que dans les rencontres avec les cardinaux et avec les chefs de dicastères au cours desquelles on avait parlé de ces mesures, les résistances étaient vraiment très limitées. Benoît XVI, qui a suivi ce processus depuis le début, a franchi ce pas important déjà imaginé par son grand prédécesseur, Jean-Paul II. Il s’agit d’une mesure pétrinienne émise par amour du grand trésor liturgique qu’est la messe de saint Pie V, et aussi par amour de pasteur envers un groupe considérable de fidèles.
....
Mais le Siège apostolique a la compétence d’ordonner la sainte liturgie de l’Église universelle. Or un évêque doit agir en harmonie avec le Siège apostolique et il doit garantir à chaque fidèle ses propres droits, y compris celui de pouvoir participer à la messe de saint Pie V, comme forme extraordinaire du rite
....
si un groupe de fidèles, ayant un prêtre disposé à le faire, demande à célébrer cette messe, le curé ou le recteur de l’église ne pourront pas s’y opposer. Évidemment, s’il y a des difficultés, il reviendra à l’évêque de faire en sorte que tout se passe sous le signe du respect et, dirais-je, du bon sens, en harmonie avec le Pasteur universel.
....


Comme nous pouvons tous le constater à la lecture de cet entretien, la Messe selon la forme antique donnée du bout des doigts qu'une seule fois par mois par Monseigneur JORDAN ne correspond pas à ce que demande ROME.

C'est donc une nécessité pour nous de continuer notre combat pour que les fidèles attachés à ce que nous appelions le rite traditionnel, ne soient plus dans le diocèse de Reims considérés comme des catholiques de seconde zone.

Vous pouvez dès à présent faire part de votre sentiment à Monseigneur JORDAN en lui envoyant un mail à : eveche@catholique-reims.cef.fr


Publié dans DOCUMENTS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article