La loi de l'Eglise INTERDITE à REIMS

Publié le par Le collectif

Certains de nos amis seront peut-être choqués par notre titre. Et pourtant.....

Certains fidèles se réjouissent de l'autorisation par Monseigneur JORDAN d'une Messe mensuelle selon le la forme extraordinaire du rite romain. Et pourtant.....

ASSEZ!
On nous fait l'aumône quand le Pape lui-même exige l'accueil.
On finasse avec la loi de l'Eglise quand on a pour mission de la faire appliquer.


Vous l'aurez compris, chers amis, les fidèles de Reims sont floués.

Nous avons gardé une très long silence suite à notre lettre aux différents prêtres de Reims ICI . Nous voulions, et cela fait bientôt 20 ans que nous voulons, une vraie paix liturgique dans le diocèse de Reims. Hélas, hélas, nous n'avons reçu AUCUNE REPONSE, malgré les accusés de réception internautiques. QUEL MEPRIS! Ou sur quel ordre?

Il nous paraît aujourd'hui important de préciser que la décision de Monseigneur JORDAN, antérieure à la publication du Motu Proprio SUMMORUM PONTIFICUM, n'a plus de valeur selon le droit de l'Eglise, et ce depuis le 14 septembre. Cette Messe qui sera célébrée (et répêtons le) une fois par mois en l'église saint Jeanne d'Arc à Reims ne répond pas à la loi de l'Eglise promulguée par le Saint Père. Elle n'a d'ailleurs même pas besoin de l'autorisation de Monseigneur JORDAN comme le précise clairement le texte.

Que dit le motu proprio, loi de l'Eglise:
Il est donc permis de célébrer le Sacrifice de la Messe suivant l’édition type du Missel romain promulgué par le B. Jean XXIII en 1962 et jamais abrogé, en tant que forme extraordinaire de la Liturgie de l’Église. Mais les conditions établies par les documents précédents Quattuor abhinc annos et Ecclesia Dei pour l’usage de ce Missel sont remplacées par ce qui suit :

Art. 2. Aux Messes célébrées sans peuple, tout prêtre catholique de rite latin, qu’il soit séculier ou religieux, peut utiliser le Missel romain publié en 1962 par le bienheureux Pape Jean XXIII ou le Missel romain promulgué en 1970 par le Souverain Pontife Paul VI, et cela quel que soit le jour, sauf le Triduum sacré. Pour célébrer ainsi selon l’un ou l’autre Missel, le prêtre n’a besoin d’aucune autorisation, ni du Siège apostolique ni de son Ordinaire.

 

Art. 3. Si des communautés d’Instituts de vie consacrée et de Sociétés de vie apostolique de droit pontifical ou de droit diocésain désirent, pour la célébration conventuelle ou «communautaire », célébrer dans leurs oratoires propres la Messe selon l’édition du Missel romain promulgué en 1962, cela leur est permis. Si une communauté particulière ou tout l’Institut ou Société veut avoir de telles célébrations souvent ou habituellement ou de façon permanente, cette façon de faire doit être déterminée par les Supérieurs majeurs selon les règles du droit et les lois et statuts particuliers.

 

Art. 4. Aux célébrations de la Messe dont il est question ci-dessus à l’art. 2 peuvent être admis, en observant les règles du droit, des fidèles qui le demandent spontanément.

 

Art. 5, § 1. Dans les paroisses où il existe un groupe stable de fidèles attachés à la tradition liturgique antérieure, le curé accueillera volontiers leur demande de célébrer la Messe selon le rite du Missel romain édité en 1962. Il appréciera lui-même ce qui convient pour le bien de ces fidèles en harmonie avec la sollicitude pastorale de la paroisse, sous le gouvernement de l’Évêque selon les normes du canon 392, en évitant la discorde et en favorisant l’unité de toute l’Église.

§ 2. La célébration selon le Missel du bienheureux Jean XXIII peut avoir lieu les jours ordinaires ; mais les dimanches et les jours de fêtes, une Messe sous cette forme peut aussi être célébrée.

Est-ce vraiment ce que l'on constate à Reims? Tout prêtre le demandant, peut-il vraiment célébrer selon la forme promulguée par le bienheureux Jean XXIII?

Nous savons bien que NON. Sinon, la Messe serait dite ainsi TOUS LES DIMANCHES  selon la forme extraordinaire du rite romain.

Alors que faire? Nous proposons à chacun d'entre vous d'écrire à votre curé. Nous savons que cela peut paraître difficile à certains qui auraient le sentiment de se dévoiler, mais le jeu n'en vaut-il pas la chandelle?

Que dire dans ce courrier? Tout simplement que vous désirez à Reims la Messe CHAQUE DIMANCHE, selon la forme extraordinaire du rite romain. Rien de plus, rien de moins.

Le combat pour que cesse l'exclusion dans le diocèse de Reims n'est pas fini. Menons-le tous ensemble

RETOUR A L'ACCUEIL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article